Œuvres

portrait-15*10
D’abord l’encre – un sang noir – et la plume scalpel

Sur le blanc tout le blanc de l’espace
Alors par milliers de fourmis noires
Par milliers de pattes d’oiseaux sur la neige
De flèches, de flammèches et d’épingles
De balafres et de cicatrices
Lentement

s’organise le complot de l’ombre et de la lumière
Ca se dans serré comme la vie et la mort

Jean-Louis Guitard dessine
Couteau sur la gorge ouverte de la lumièreMontreur et métreur d’ombres
Géomètre triangulant les territoires du quotidien
En des stratégies subtiles et imparables
La main araignée de patience
Tisse gratte griffe racle
Veille au grain de Beauté
Ici donc pas d’effusion
Pas de Lyrisme à tout-va
Mais une maîtrise exacte du réel
Un refus de l’effet
Un affût
Une traque

Jean-Louis Guitard dessine
Comme on resserre les mailles du filet qui lâche
Comme on rassemble ses troupeaux épars
Dans un immense et salutaire éclat de rire.

Jean Vasca

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s